Parler de ceux qui donnent à écouter, à voir, à goûter dans l'Aube
Accueil » Je pense » Éditions Kaplume
Photo argentique

Je penseIcone Je pense

Éditions Kaplume

Des récits entre voyage intérieur et voyage extérieur

Non loin de la librairie indépendante « La petite marchande de prose » à Sainte Savine, je rencontre Julie Desbuquois, 38 ans, pour parler de sa maison d’édition Kaplume, et de son choix de se lancer dans cette aventure autour de l’écriture.

« Je suis le produit de 10 ans d’étude après le bac (sciences po, l’ESC et une école d’ingénieur) qui m’ont amené à travailler comme ingénieur développement au sein de l’entreprise Distrame.  Et puis à un moment, je ne me suis plus sentie à ma place dans cet univers où il me manquait la dimension artistique qui me plaisait tant plus jeune », raconte Julie.

A cette période de doute, elle part vivre à Bruxelles pour se former en kinésiologie, à l’IBK - Institut Belge de Kinésiologie dans une logique de cheminement personnel. Puis elle commence à travailler dans une grosse librairie à Bruxelles. C’est à ce moment-là qu’elle commence à écrire ce qui deviendra son premier roman « Racines d’elles » :

« Ce livre c’est une quête de soi, de recherche de spiritualité. Rose, le personnage principal quitte son job pour aller en Asie du sud est pour écrire un livre. A l’époque de l’écriture, j’étais en charge des rayons de sciences humaines, spiritualité et religions de la librairie où je travaillais. J’ai découvert ainsi la médecine énergétique », raconte-t-elle.

Ce roman, Julie l’auto-édite en août 2019, il se vend plutôt bien.

« L’auto édition m’a beaucoup appris, le milieu du livre est plutôt passionnant. Et puis en 2021, j’ai eu la chance d’avoir mon livre diffusé et distribué par le Cedif et Pollen. Cela réduit les marges, mais cela a permis de faire connaître les livres à un public plus large et permis de toucher plus de libraires. » complète Julie.

Éditions Kaplume
Éditions Kaplume
Éditions Kaplume
Éditions Kaplume

Et puis toujours dans une quête de sens, Julie a souhaité porter d’autres auteurs en créant sa propre maison d’édition : Kaplume. L’identité ou ligne éditoriale tourne autour, du voyage intérieur / extérieur. Chez Kaplume, le roman réaliste est de rigueur, pas de SF ou de policier. Le but est d’apporter quelque chose au lecteur dans le réel.

« Pour démarrer la machine de la maison d’édition, j’ai lancé un appel à manuscrits en 2020, j’en ai reçu pas loin de 70 en un mois. Après un temps de lecture des romans répondant à la ligne éditoriale, trois romans sont sortis du lot : « Une vie de voyages » de Justine Martin (paru en juin), « Chacune a un rêve… » de Phanie Tesse (paru en octobre) et « Les étoiles fuyantes » de Benjamin Bousquet (à paraître le 20 janvier 2022). Les deux premières sorties sont de beaux succès pour des premiers romans, je suis contente. Les libraires sont très réceptifs. En local, les livres sont dispos à la Petite marchande de prose et chez Cultura », ajoute Julie.

Les premiers livres autoédités : « Quand il fait nuit dans le ciel » par Angélique Garcia et « Racines d’Elles » ont été remis en vente à l’été 2021.

L’objectif de Julie est de vivre de sa maison d’édition à partir du second semestre 2022, pour cela la jeune éditrice ne s’endort pas sur ses lauriers puisqu’elle espère sortir 4 à 6 romans par an. Actuellement, elle est en relecture éditoriale (150 pages en format word !) pour le livre de Benjamin Bousquet* « Les étoiles fuyantes » qui doit sortir en janvier 2022. Cet ouvrage parle de la résilience et reconstruction de 4 journalistes qui se sont retrouvés otages au Nigéria. Puis viendra un ouvrage sur l’immigration italienne au Brésil, intitulé Eldorado. « Pour l’été, je cherche encore un récit, mais ce sera plus léger, et je suis sur le point de signer l’auteur pour la rentrée 2022. La durée de vie des romans est toujours courte, il faut les faire vivre, proposer des dédicaces, les défendre dans les salons ». Et quand on lui parle d’écriture, Julie répond ceci

« Là je vais prendre une semaine de vacances au cours de laquelle je vais continuer à écrire. Le temps me manque. Je dois trouver l’équilibre entre ma casquette d’éditrice et d’auteure », conclut Julie.

 Brice Vanel le 21/11/2021

* Nominé, en tant que journaliste à la Croix, pour un prix qui récompense les travaux journalistiques sur le thème de la spiritualité

Plus d’infos à ces adresses

https://editions-kaplume.com/

https://www.facebook.com/editionskaplume

 

Logo Romain Marchand